La Toscane de Montaigne

 

par M. Marc Agostino

professeur émérite à l’Université Bordeaux Montaigne

 

Cette conférence sera prononcée en face de la belle exposition de la Bibliothèque de Bordeaux et une visite la précédant serait bien utile, surtout devant les cartes de l'époque. Le Journal du  Voyage en Italie a été bien préparé. Montaigne a beaucoup écrit sur ce voyage et on a beaucoup écrit sur ce Voyage rédigé pour une partie en italien. Aussi n'aura-t-on pas ici la prétention d'en dire plus sur le texte.

Une relecture, à partir de la Toscane, sera proposée sur les pas du sire de Montaigne. Le Grand-Duché, récemment uni, n'est certes pas le but de cette pérégrination dominée par Rome. Les itinéraires de l'auteur en Toscane font découvrir une continuité des routes, voire des lieux de Rome à nos jours. La Toscane visitée laisse de côté une large partie du Grand-Duché, la vaste partie maritime, et se concentre sur ce qui reste toujours le cœur de la province. Comment peint-il Florence, Pistoia, Sienne et Pise, glorieuses villes indépendantes conquises par les Médicis ? Quelle Toscane rurale apparait ici ? Montaigne discerne-t-il des spécificités de ce caractère toscan si connu en Italie ? Quelle est l'âme des villes ?

Lucques a un traitement particulier. C’est une République restée indépendante et le haut lieu du thermalisme de l'époque. La continuité du lieu, et du caractère du malade, est-elle la clé du séjour ? Montaigne a dit dans les Essais l'essentiel de ses réflexions sur le voyage, la maladie, l'art. On a voulu ici capter les spécificités et continuités de l'ancienne Étrurie à travers des sensations et des impressions qui échappent aux stéréotypes.

 

L’entrée de nos conférences étant libre, vous pouvez amener ou inviter toute personne susceptible d’être intéressée…

Conférences prévues en 2016-2017

(à 17 h 30, en principe à l’auditorium de la Bibliothèque de Bordeaux-Mériadeck)

 

-         13 octobre 2016 : Bernard Larrieu, Les relations de Leo Drouyn avec les érudits de son temps à travers sa correspondance.

 

-       10 novembre 2016 : Philippe Baudorre, Journal, livre, site : les trois vies du journalisme de François Mauriac.

 

-       15 décembre 2016 : Marc Agostino, La Toscane de Montaigne.

 

-       12 janvier 2017 : Anne Defrance, Autour de l’illustration du conte merveilleux (xviie-xviiie siècles).

 

-       9 février 2017 : Joseph Lajzerowicz, Hommes de pouvoir et hommes de science, « les Carnot » père et fils.

 

-       16 mars 2017 : Michel Wiedemann, Les Tableaux sacrez du P. Louis Richeome, s. J.,  1601, un ouvrage illustré du xviie siècle.

 

-       13 avril 2017 : Evelien Chayes, Bibliothèques de parlementaires contemporains de Montaigne.

 

-       11 mai 2017 : Katy Bernard, Guillaume IX d’Aquitaine, prince des métamorphoses.

 

-       8 juin 2017 : Assemblée générale de la SBG.

 

 

Cotisations 2016 et 2017

Les cotisations sont maintenues au même niveau que les années passées.

Si vous n’avez pas encore réglé votre cotisation 2016, il en est encore temps, elle conditionne l’envoi du no 137 de la Revue française d’histoire du livre (à paraître).

 

 

ANNÉES 2016 et 2017

Tarifs en euros

SOCIÉTÉ DES BIBLIOPHILES

cotisation

abonnement

TOTAL

DE GUYENNE

S.B.G.

REVUE

À VERSER

MEMBRES

35

30

65

ÉTUDIANT/JEUNE - 30 ans

20

25

45

DONATEUR, à partir de

50

30

80

BIENFAITEUR,  à partir de

65

30

95

 

Il est possible d’adhérer sans le service de la Revue.

 

Règlement par chèque bancaire à l’ordre de la Société des Bibliophiles de Guyenne ; ou par virement à :

Banque Courtois, Bordeaux Grand Théâtre, 2 cours du 30 Juillet, 33000 BORDEAUX

IBAN : FR76 1026 8024 6816 9180 0020 059 - SWIFT BIC : COURFR2T

 

-       N’oubliez pas que la législation française actuelle permet de déduire 66 % de la partie cotisation ou don (à l’exclusion de l’abonnement à la Revue). Un reçu fiscal vous sera adressé au printemps 2017 pour les sommes versées en 2016.