Montaigne chez Esculape 

Corps « tendre », esprit « mousse » : souplesse et gymnastique intellectuelle

Ou : pour une souplesse hygiénique de la pensée

 

 

par Mme Dominique Brancher 

 Université de Bâle, invitée en résidence du Moi(s) Montaigne

 

C’est en 1569 que le médecin et grand érudit Gerolamo Mercuriale publie à Venise son De Gymnastica, dont la troisième édition sera assurée par Jaqcues du Puy, en 1577, à Paris. Cet influent traité humaniste plaide pour l’intégration de la gymnastique à la médecine hygiénique et s’inscrit dans la vogue d’ouvrages, souvent écrits par des médecins, qui à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, s’intéressent au possible bénéfice de la gymnastique antique une fois adaptés au monde contemporain. Parmi ces auteurs, Andrea Bacci, Laurent Joubert, et le chirurgien Ambroise Paré sont bien connus de Montaigne, car l’usage des exercices est étroitement lié à celui des bains, dûment pratiqués par l’essayiste voyageur, qui cherche à amollir ses pierres rénales pour mieux les expulser.

La rencontre du bordelais avec la gymnastique n’est évidemment pas seulement livresque. Elle a joué un rôle important dans son éducation, tandis que son père en maîtrisait les plus virtuoses exercices. Durant son voyage en Italie, il a manifesté un grand intérêt pour diverses joutes et fait fréquemment référence dans les Essais à son goût pour les déplacements à cheval ou à pied – il lui faut marcher pour penser, et aller « de la plume comme des pieds ». Le mouvement conditionne une écriture décrite par des métaphores doublement cinétiques, par leur nature même de métaphore, qui consiste à déplacer un sens sur un autre sens, et leur prédilection pour les référents gymniques.

Pour Montaigne, il ne s’agit donc pas tant de disserter sur les exercices que de s’exercer en maniant la plume, de faire bouger le livre, à coups de voltes, sauts et renversements argumentatifs et stylistiques. Ce qui nous intéressera plus particulièrement dans l’exercice montaignien est l’alternance complexe entre endurcissement et amollissement propre à tout entraînement physique, qui permet de dépasser la polarité du dur et du mou grâce à la notion de souplesse, ou plutôt grâce à un usage lui-même souple de la souplesse chez un auteur qui ne se résout jamais qu’à l’irrésolution. C’est cette souplesse qui permet de penser la poétique déconcertante des Essais (et non pas la dualité rigide du dur et du mou), car elle les conjugue à la façon intermédiaire d’un hybride (ou d’un hermaphrodite).

 

Cette conférence s’inscrit dans le cadre du Moi(s) Montaigne [« Santés ! », programme joint] dont notre Société est partenaire. Son entrée étant libre, vous pouvez amener ou inviter toute personne susceptible d’être intéressée…

 

Informations diverses

 

Conférences prévues en 2019-2020

(à 17 h 30 à l’auditorium de la Bibliothèque de Bordeaux-Mériadeck)

Attention !  les séances sont - sauf exceptions - programmées le second lundi du mois.

• lundi 14 octobre : Delphine Gachet, Vie et œuvres d’Elsa Morante : destins tragiques

 

• lundi 18 novembre : Guillaume Flamerie de Lachapelle, Paul Morand, le voyageur immobile

 

• lundi 9 décembre : Marc Agostino, Lumières et peine de mort. Autour d’un livre majeur : Beccaria,   Des délits et des peines (1764)

 

• lundi 13 janvier : Céline Méot, Jardins réels et jardins oniriques : l’univers horticole du Songe de Poliphile


• lundi 10 février : Dominique Brancher, Montaigne chez Esculape


• lundi 9 mars : Jean-Pierre Poussou, Puritanisme et politique en Angleterre dans la première moitié du XVIIe siècle


• lundi 20 avril : Eudes Huyghe, Savoirs naturalistes dans la littérature populaire du premier XIXsiècle

 

• lundi 11 mai : Florence Buttay : Un manuscrit et ses mystères : L’Amant infortuné de la Bibliothèque du Musée Condé de Chantilly

 

• juin (à préciser) : Assemblée Générale

 

"Santés !", le Moi(s) Montaigne (10 février – 7 mars)

L’Université Bordeaux Montaigne organise la seconde édition du Moi(s) Montaigne, et invite en résidence Dominique Brancher (Université de Bâle), spécialiste de la littérature française de la Renaissance. Elle s’intéresse aux rapports entre corps, médecine et écriture et propose, durant ce mois, d’explorer tout ce que Montaigne peut nous dire aujourd’hui sur le corps et sa santé : l’exercice physique, la douleur et son expression, la maladie et l’auto-observation du patient, la fin de vie et le destin du corps.

Les rendez-vous proposés confrontent sur ces thèmes les points de vue de philosophes, sportifs, médecins, archéologues, littéraires, musiciens, écrivains, sociologues…

Le programme complet peut être téléchargé sur : 

https://www.u-bordeaux-montaigne.fr

 

Cotisations 2019 et 2020

Les cotisations sont maintenues au même niveau que les années passées. 

Si vous n’avez pas encore réglé votre cotisation 2019, il en est encore temps, elle conditionne l’envoi du no 140 de la Revue française d’histoire du livre (paru en décembre 2019).

 

 

ANNÉES 2019 et 2020

Tarifs en euros

SOCIÉTÉ DES BIBLIOPHILES

cotisation 

abonnement

TOTAL

DE GUYENNE

S.B.G.

REVUE

À VERSER

MEMBRES

35

30

65

ÉTUDIANT/JEUNE - 30 ans

20

25

45

DONATEUR, à partir de

50

30

80

BIENFAITEUR,  à partir de

65

30

95

 Il est possible d’adhérer sans le service de la Revue.

 Règlement par chèque bancaire à l’ordre de la Société des Bibliophiles de Guyenne ; ou par virement à :

Banque Courtois, Bordeaux Grand Théâtre, 2 cours du 30 Juillet, 33000 BORDEAUX

IBAN : FR76 1026 8024 6816 9180 0020 059 - SWIFT BIC : COURFR2T

 -                N’oubliez pas que la législation française actuelle permet de déduire 66 % de la partie cotisation ou don (à l’exclusion de l’abonnement à la Revue). Un reçu fiscal vous sera adressé au printemps 2020 pour les sommes versées en 2019.

 

moismontaigne_1