dutheil145 

Le livret d'opéra italien XIX°-XX° 

par           

F. DUTHEIL, professeur émérite, Université de Bordeaux 3


  Comme son nom l'indique, le libretto d'opéra est une brochure de petite taille, d'une quarantaine de pages, facile à glisser dans sa poche et qui nous donne le texte qui sera chanté. C'est un objet littéraire mal identifié, puisqu'il n'a pas de statut autonome. Il n'existe que par la musique. Il s'en est vendu des dizaines de milliers au XIX°, aux portes des théâtres, où ils tenaient lieu de programme et indiquaient aussi la distribution des rôles. Le livret est un document précieux pour les historiens de l'opéra, surtout le livret de la première.
     Toujours décrié, brocardé, accusé d'être la cause de l'échec du musicien, il n'en est pas moins l'outil indispensable de sa réussite. Un bon livret s'appuie souvent sur un grand succès du théâtre de son temps, c'est plus sûr. Il y a très peu de livrets originaux. Mais alors que bien des drames ont disparu des affiches des théâtres, les opéras entrés au répertoire donnent une deuxième vie à des auteurs désormais oubliés comme Soumet (Norma ) et Sardou (Tosca), ou pérennisent les succès désormais injouables du père Hugo ( Hernani, Lucrèce Borgia , Le Roi s'amuse).

Rappelons que durant le chantier de la Bibliothèque de Bordeaux , les conférences de la SBG sont hébergées à la Société Philomathique 66 rue abbé de l'Epée à Bordeaux . Elles ont lieu à 18 heures. 

Prochaines conférences : 

jeudi 10 mai : M. Stéphane TAURAND, Une revue culturelle contemporaine : Le Festin 

jeudi 14 juin : Assemblée Générale de notre Société 

dutheil146


dutheil147


dutheil147_2